.

Les insectes dans la Préhistoire

Insectes dans la Préhistoire

Cette nouvelle page vous me l'avez suggérée

Les premiers insectes

La diversité des insectes actuels est telle que nous sommes dans l'incapacité de les comptabiliser correctement ; près d'un million d'espèces ont été décrites jusqu'à présent mais on compterait au moins 10 fois plus. Certains d'entre nous (scientifiques) avancent le chiffre de 70 millions.

En comparaison, les vertébrés sont en faiblesse ils ne représentent que moins de 50 000 espèces.

La première apparition des insectes date du Dévonien inférieur. Ce sont les aptérygotes, c'est-à-dire des formes primitives sans ailes. Comme on peut le constater avec les premiers arachnidae qui ne sont pas des insectes:

Premier scorpion

Alors qu'au Carbonifère supérieur, les insectes deviennent omniprésents. Les nombreux fossiles retrouvés en sont les témoins.

Un peuple basé sur le gigantisme

Dans son ouvrage : Le Livre de la Vie, le paléontologue américain, Stephen Jay Gould, décrit parfaitement bien la faune grouillait dans une forêt au Carbonifère « Les forêts du Carbonifère pullulaient de vie (il y a environ 320 millions d'années). Elles étaient formées de grands arbres, de prêles etc....

Des insectes géants comme les libellules aussi grandes que des buses chassaient les forêts humides à la recherche de proies, comme des blattes en par exemple. Dans les marais du Carbonifère on trouvait des scorpions de 75 cm, des blattes et des mille-pattes gigantesques et l'air était s'amplifiait du bruissement assourdissant des insectes ayant tous des envergures à faire frémir de jalousie une production hollywoodienne sur les longs métrages de films à sensation.

Ces libellules primitives possédaient des ailes de 65 cm à 70 cm d'envergure.

Les insectes furent les premiers à conquérir le ciel. Au Carbonifère, ils étaient les seuls maîtres des cieux.

Une évolution encore assez méconnue

Bien que de nombreuses incertitudes demeurent encore, nous avons réussi a trouvé quelques indices sur l'évolution des premiers insectes.

Selon une théorie, les ailes des insectes se seraient développées à partir de coussinets aplatis que certaines espèces fossiles présentaient sur les segments de leur corps.

Ces coussinets servant d'abord à réguler la température puis ils auraient pu servir à la glissade avant de devenir de véritables ailes.

Une autre théorie, plus récente, avance l'hypothèse suivante : les ailes des insectes se sont développées à partir de branchies qui situées sur les pattes des premiers plécoptères, ancêtres officiel des insectes actuels. Ces mêmes branchies auraient permis à ces insectes de respirer sous l'eau comme pour les batraciens ou pour les poissons.

 Un fossile de nymphe datant du Jurassique de Mesoleuctra qui serait un des ancêtres des insectes aquatiques actuels aurait été découvert.

Les changements morphologiques nécessaires à l'aptitude au vol sont très importants ; nous sommes donc certains que les premiers insectes ayant eu cette faculté, sont apparus avant le Carbonifère mais les fossiles nous manquent pour reconstituer cette évolution.

Au Carbonifère, à côté d'espèces aujourd'hui disparues, cohabitaient déjà des espèces que nous connaissons encore aujourd'hui: éphémères, blattes, pucerons, grillons, sauterelles, mouches...

Cette importante diversité est liée au développement du monde végétal en plein gigantisme et le taux oxygène aujourd'hui est 21% alors qu'au Carbonifère il atteint un élevé, massif de carbone a pu conduire à un surplus d'oxygène dans l'air allant jusqu'à 35 % mais des modèles révisés considèrent ce chiffre comme irréaliste et considère que le pourcentage d'oxygène dans l'air devait se situer aux alentour des15 % . Ces taux élevés d'oxygène sont une des causes avancés au gigantisme de certains insectes et amphibiens dont la taille est inversement corrélée à leur capacité à absorber de l'oxygène.

Fossile de Meganeura monyii

Les autres arthropodes

Outre des mille-pattes de plus de 2 m de long,

on pouvait également croiser des cafards comme

cet Archimylaris qui a vécu à la fin du carbonifère.

Il possédait les mêmes caractéristiques que nos cafards actuels : un grand bouclier protégeant la tête, de longues antennes recourbées et des ailes repliées.

Il pouvait se déplacer très rapidement dans les sous-bois en mastiquant tout ce qu'il pouvait.

Fossile d'Archimylaris, un cafard qui a vécut à la fin du Carbonifère