.

Comment c'est fait un insecte S2

Principaux types de pièces buccales

piece-buccales-d-insectes.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Le régime alimentaire des insectes est très variable : il est herbivore pour les chenilles et les criquets, il est coprophage pour les bousiers, prédateurs pour les libellules, nécrophages, nectarivore pour les papillons, suceurs de sèves pour les pucerons ou de sang chez les moustiques femelles). Certains insectes (xylophages) peuvent se nourrir de bois (termites). Certains insectes peuvent changer de régime alimentaire au cours de leur vie (comme les chenilles mangeuses de feuilles et les papillons adultes sont nectarivores). Les appendices buccaux sont très variables chez les insectes et ils sont liés à leur alimentation (appendices de type broyeur chez le criquet), suceur avec trompe dévaginable par afflux d'hémolymphe chez le papillon adulte), piqueur-suceur pour le moustique), lécheur-suceur commun aux abeilles et aux guêpes)

Le système nerveux central est constitué d'une chaîne ganglionnaire ventrale. À l'avant les ganglions migrent dorsalement et fusionnent pour former un cerveau. Les ganglions suivants ventraux fusionnent pour former un ganglion sous-œsophagien qui innerve les pièces buccales.

Développement

La plupart des insectes se développent de l'œuf au stade adulte appelé imago en passant par plusieurs métamorphoses : stade larvaire (chenille, vers, ...) et stade nymphale (chrysalide, pupe, ...).

Le développement est contrôlé par une hormone stéroïde, l'ecdysone, qui est produite dans des glandes prothoraciques et induit la mue. (L’ecdysone est une hormone stéroïde intervenant notamment dans le processus de la mue des arthropodes et dans le contrôle de leur reproduction). Une autre hormone, nommée l'hormone juvénile, un dérivé terpénoïde, inhibe la métamorphose. Elle est produite dans les corps allates, de l’organe endocrine près de l'œsophage. On distingue les insectes primitifs, sans métamorphose (amétaboles) de ceux qui subissent une métamorphose, parmi lesquels on trouve :

  • les hétérométaboles (comprenant les hémimétaboles et les paurométaboles), chez lesquels les stades larvaires et adultes ont des modes de vie souvent comparables, avec une croissance progressive des ailes.  
  • les holométaboles (insectes à métamorphose complète) chez lesquels les stades larvaires et adultes sont très différents (chenille et papillon par exemple) et séparés par un stade appelé nymphe au cours duquel se forment les ailes.

La reproduction des insectes est également contrôlée par l’ecdysone (et nous venons de le voir par) l’hormone juvénile, qui agissent dans les deux sexes. Ces hormones contrôlent le fonctionnement de l'appareil reproducteur, mais n'influent pas sur la détermination des caractères sexuels, qui sont strictement déterminés de manière génétique. Les hormones de type phéromones jouent aussi un rôle majeur pour l'attraction et la reconnaissance des individus au sein d'une même espèce.

Lire la suite →