.

Comment c'est fait un insecte S3

Description de quelques ordres

Éphémères

Les éphémères constituent le groupe d’insecte ailé le plus primitif et, du point de vue phylogénétique, représente à lui seul le groupe qui est le plus proche parent avec tous les autres ordres insectes ailés. Dans le monde, de nos jours, près de 2 500 espèces sont recensées, elles sont réparties en familles. Ces insectes sont  de taille moyenne à petite, ils sont souvent associés aux milieux aquatiques où les femelles pondent leurs œufs. Les adultes appelés « mouches de mai » (mais ils n’ont rien à voir avec les diptères que nous verrons plus bas) sont connus pour avoir une durée de vie très courte. Leurs pièces buccales étant atrophiées ils ne peuvent pas se nourrir. Les imagos vivent une journée alors que les larves peuvent vivre pendant trois ans. Elles sont aquatiques et sont phytophages, détritophages ou carnivores.

Odonates (Libellules, Agrions et Demoiselles)

Les libellules existent sur Terre depuis 285 millions d'années (Période du cabonifère), et avaient une envergure de 70 cm (Meganeura monyii) et volait encore au temps des dinosaures. En comparaison, l'espèce actuelle, pour la plus grande, atteint 19 cm d'envergure.

Dictyoptères

On a longtemps divisé cet ordre en trois, les blattoptères (cafards, blattes, cancrelats), les mantoptères (mantes), et les isoptères (termites), mais certaines caractéristiques comme des pièces buccales de type broyeur, des tarses ayant cinq articles, des ailes antérieurs en élytres, des ailes postérieurs membraneuses repliables, des cerques articulés, et la confection d’une oothèque (sauf pour les termites) ont justifiés leur regroupement au sein du  même ordre.

Description des sous-ordres

Bien connue de nos foyers, les blattes, (cafards et autres cancrelats (autres noms des blattes) sont représentés par environ 3500 espèces dans le monde. La grande majorité vit en milieu tropical; les espèces résidant dans nos contrées sont, elles, plus petites et se rencontrent souvent dans la litière. Les blattes sont très plates, dotées de longues antennes, elles courent avec agilité à la tombée de la nuit. Les élytres sont souvent plus courts chez les femelles. Les ailes peuvent être complètes ou atrophiées, on notera que les formes ailées volent peu. Le pronotum très large recouvre la tête. Les œufs sont pondus dans une oothèque que les femelles portent à l'extrémité de l'abdomen. Les larves ressemblent à des adultes dépourvus d'ailes.

  • Mantodea (les mantes):

Plus de 2000 espèces de mantes ont été décrites dans le monde, les individus sont d'assez grande taille, de 2 à 15 cm. Ils sont de  redoutables prédateurs qui chassent à l'affut, ils affichent une livrée monochrome se confondant avec leur support, de plus, et dans certain cas, leur aspect de feuille ou de brindille surprend toute proie passant à proximité. Les mantes ont un corps allongé que surmonte une tête très mobile posée sur un cou étroit. Les yeux sont saillants et les pièces buccales, de type broyeur, possèdent des mandibules très robustes. Les pattes antérieures ravisseuses sont la principale caractéristique de ces insectes. Le fémur et le tibia sont dotés d'épines acérées sur leur face interne.

  • Isoptera (les termites):

Les termites sont des insectes sociaux polymorphes. Les plus archaïques se bornent à creuser des galeries dans le bois mort, mais la plupart élaborent d'énormes monticules de terre: les termitières. Quelque 2000 espèces sont recensées dans le monde. Les colonies sont constituées d'individus sexués, mâle et femelle (laquelle peut vivre très longtemps). Les femelles ne cessent de grandir, atteignant parfois jusqu'à 10 cm de long. Les ouvriers et les soldats constituent la grande majorité des effectifs. Les termites consomment essentiellement du bois (causant parfois d’énormes dégâts) dont ils digèrent la cellulose en abritant des bactéries ou des protozoaires dans leur estomac. Les ouvrières régurgitent la cellulose prédigérée pour en nourrir larves et soldats.

 Dermaptère (forficule)

Cet ordre rassemble les forficules, insectes communs dans l'humus et la végétation basse, couramment appelés perce-oreilles à cause de leurs deux pinces à l'extrémité de leur abdomen, qui n'ont d'utilité que lors des parades nuptiales de ces insectes (il ne s'agit pas d'armes contrairement à une opinion répandue). La femelle prend soin des œufs et des jeunes larves. Leur régime alimentaire est omnivore, chez les larves comme les adultes.

 

Embioptère (Embies)

Petit groupe d'insectes (env. 150 espèces), peu connu, apparenté aux forficules. Vivent dans les climats tropicaux et tempérés chauds, ne sortent pas de l'humus et s'abritent dans des tunnels confectionnés avec la soie qu'elles tissent, en petites colonies (composées d'adultes et de larves). Ailes inexistantes chez les femelles, peu développées chez les mâles. Se nourrissent de débris.

 

Orthoptère (sauterelle, grillon)

Il existe plus de 2 000 espèces de grillons dans le monde, et l'on retrouve des traces fossiles attestant de leur présence remontant au Trias supérieur.

Cet ordre inclut les criquets, les sauterelles, grillons et les courtillières. Ils se déplacent en sautant à l'aide de leurs longues pattes postérieures. Cependant, certaines sauterelles ont l'abdomen tellement développé qu'elles ne sont plus en mesure d'effectuer de vrais sauts et les courtilières ne possèdent même pas de pattes sauteuses.

De nombreux insectes de cet ordre produisent un son: ils stridulent en produisant leur chant par le frottement leurs pattes postérieures sur une nervure des élytres chez les criquets, ou en frottant leurs ailes l'une contre l'autre chez les sauterelles. Ce chant d'été les rapproche des cigales, qui sont des hémiptères, donc appartenant à un ordre complètement différent des Orthoptères. Certains coléoptères sont aussi en mesure de striduler avec leurs ailes...

Les Orthoptères sont caractérisés par des ailes postérieures, à plis droits (ortho-: droit et -ptère: aile, en grec), qui se déplient à angle droit avec le reste du corps et se replient comme un éventail sous les "tegmina" (correspondant aux élytres chez les coléoptères).

 

 

Hémiptères (punaises, cigales,...)

Les caractéristiques des hémiptères (Hemiptera) sont :

  • des antennes courtes,
  • des pièces buccales piqueuses avec un long rostre,
  • deux paires d'ailes dont l'une, en partie cornée, est transformée en hémiélytre.

Coléoptères (hanneton, coccinelle)

Les coléoptères (coléo-: protection en grec) sont caractérisés par :

  • des ailes antérieures, les élytres, épais et cornés, couvrant le plus souvent la totalité de l'abdomen.
  • des ailes postérieures (si elles existent), membraneuses et repliées au repos sous les élytres.
  • des pièces buccales broyeuses.

L'ordre des coléoptères est l'ordre des animaux qui rassemble le plus grand nombre d'espèces.

Hyménoptère (abeille mellifère, abeille solitaire, guêpe,  bourdon et fourmi)

Les hyménoptères constituent, après les coléoptères, l'ordre d'insectes le plus diversifié. Le nombre d'espèces actuellement connues atteint 280 000. Cet ordre comprend les abeilles, les fourmis, les guêpes. Cet ordre comporte des espèces aux fonctions très variés: tout un ensemble d'espèces sont parasites (Chalcidiens), d'autres sont pollinisatrice et ainsi auxiliaires de l'agriculture ; d'autres sont phytophages.

Leur nom provient des ailes membraneuses que la plupart des hyménoptères portent par paires. Le mot vient du Grec hymên, «membrane», et ptéron, « aile ». La caractéristique la plus frappante des hyménoptères est que de nombreuses espèces sont des insectes sociaux.

Diptère (mouches, moucherons, moustiques)

Les diptères sont caractérisés par la possession d'une seule paire d'ailes (di-: deux en grec) sur le deuxième segment thoracique. L'étymologie désigne d'ailleurs l'unicité de la paire d'ailes (di deux ; ptères ailes). Cependant, certaines espèces sont aptères telles les hippobosques qui vivent leur stade adulte sur l'animal qu'elles parasitent. L'autre paire d'ailes sur le troisième segment thoracique s'est transformée en « haltères », qui sont de minuscules petites massues servant de balanciers pour la stabilité du vol.

Cet ordre contient pour l'essentiel les mouches (dont le modèle de génétique du développement drosophile), les moucherons, les moustiques et les "cousins". Avec plus de 150 000 espèces réparties dans 177 familles, c'est un des ordres les plus importants de la classe des Insectes

Malgré le caractère désagréable ou dangereux pour la santé humaine de certaines espèces (vecteur de nombreux parasites dont l'agent du paludisme), la plupart jouent un rôle écologique important. Non seulement elles participent pour une large part à l'élimination des excréments (espèces coprophages) et des cadavres (espèces nécrophages), mais leurs larves qui vivent souvent dans le sol produisent des quantités importantes d'humus.

Lépidoptère (papillons)

 Le fossile le plus ancien est Archaeolepis mane au Jurassique, daté d'environ 190 millions d'années.

Les lépidoptères se caractérisent par deux paires d'ailes recouvertes d'écailles (d'où l'appellation lépidoptère). Au stade larvaire, les lépidoptères confectionnent de la soie, et fabriquent ensuite un cocon pour ceux qui en tissent car nombre de chenille des rhopalocères sont libre ou quelque fois retenue par une ceinture de soie comme Papilio machaon.

Le développement des chenilles s'effectue généralement en cinq stades marqués par des mues jusqu'à la transformation en chrysalide. Suivant les espèces, la nymphose a lieu à l'air libre et la chenille s'entoure parfois d'un cocon de fils de soie avant de se transformer en chrysalide ou bien elle a lieu sous terre.

Siphonaptère (puce)

Toutes les espèces de cet ordre sont adaptées à un mode de vie spécifique. Les adultes ectoparasites vivent dans les poils et les plumes des mammifères et des oiseaux, et se nourrissent de leur sang. Ils ont totalement perdu l'usage du vol mais sont capables de sauter très haut, jusqu'à 300 fois leur propre hauteur grâce à leurs puissantes pattes postérieures. Toutes les espèces sont de très petite taille (quelques millimètres de long).

Les larves, qui vivent dans les sols (y compris à l'intérieur des habitations), sont vermiformes et détritivores.

Lire la suite →