.

Les Seconds Coléoptères P1

Les Seconds Coléoptères Part 1

 Un certain nombre de coléoptères se transforment en véritables fossoyeurs. C'est le cas de ce groupe très spécial dont il sera question sur ces pages ainsi que sur les suivantes. Pour commencer, un certain nombre de ces Coléoptères sont des Coléoptères sarco- saprophage atterrissent sur les cadavres qui sont très fortement décomposés pour s'y reproduire. Ils appartiennent tous à des genres que nous allons étudier ensemble. En voici les principaux représentant que nous verrons : Necrophorus, Necrodes, Thanatophilus, Œceoptoma, tous sont de grands exploiteurs de cadavres et le dernier le genre Silpha qui à donné le nom à la famille. Les Nécrophores détectent l'odeur d'un mort grâce à leur petite terminaison antennaire en forme de massue qu'il possède tous.
Ils volent dans sa direction. Ils le localisent et rapidement dès leur arrivée ils disparaissent en dessous. Bientôt des couples se forment, puis chacune des femelles fécondées pondent une quinzaine d'œufs, selon la nature du terrain, mais souvent la ponte à lieu à même le corps ou dans un sillon déjà établit. La femelle tire un peu de chair qu'elle malaxe ou selon les cas il canalise juste les liquides épars. Au bout de quelques jours les petites larves émergent et comme chez les Coléoptères coprophages la mère qui avait attendue leur naissance régurgite les chairs prédigérées. Nous allons maintenant regarder de près le plus commun d'entre eux. Car pour ceux qui désireraient en faire l'expérience les ouvrages de Jean- Henri Fabre notre grand entomologiste aveyronnais les décrit assez bien. Je vais essayer de faire aussi bien que le maître :
Fiche descriptive :Nécrophore Coléoptères sarco-saprophage Insectes Médico-Légaux Coll. Photo A.M.B Le Moulin de Prey
Genre : Necrophorus
Espèce : vespillo
Famille : Silphidae
Nom binominal : Necrophorus vespillo Linnaeus, 1758

C'est le plus connu du genre Necrophorus qui rassemble des espèces entièrement noires alors que d'autres auront les élytres marqués de rouge. L'imago mesure 10 à 24 mm de longueur, il ressemble aux autres espèces tachetées, notamment à N. investigator (cf. le dessin des postérieures montrant la différence entre N. humator et N. vespilio) ou N. interruptus ou N. vespililloides mais on distingue les deux espèces par la forme arquées des tibias et à la couleur de la massue antennaire. Tibia postérieur de Necrophorus vespillo en haut et de N. humator en bas. Dessin et photo A.M.B
L'espèce est fréquente surtout dans les lieux dégagés. On la rencontre du printemps à l'automne. Les femelles nourrissent (comme nous l'avons dit les larves jusqu'à la fin de leur développement ce qui est unique même chez les coléoptères, le seul qui fasse cela est le Minotaure typhée. Les adultes sont attirés par l'odeur d'une dépouille souvent sur plusieurs kilomètres. Le développement est très rapide car les provisions ne durent pas longtemps. Il faut une semaine pour que la larve se transforme après être passée par plusieurs stades larvaires qui aura atteint les 30 mm et qui se nymphosera dans la terre. Les imagos en sortiront deux semaines plus tard. Il y a deux générations par an.  Insectes Médico-légaux Coll. Rachel M. AMMAN. Photo A.M.B