.

Histoire du Bombyx du Murier

Bombyx du Murier-Ver à soie

 Famille des Bombycidae: Le Bombyx du Murier (Bombyx mori).

Cycle vital de Bombyx mori / Le Bombyx du Murier sur son cocon 

Ce surprenant papillon est élevé depuis des millénaires. Il est originaire de Chine, c'est pourquoi nous ne savons presque rien de son aspect originel. Les premières magnaneries ont vues le jour au pays du Soleil Levant vers 2640 av. J.-C. Cependant, comme les individus blancs des élevages produisent de temps en temps un être gris-brun il n'est pas interdit de penser qu'à l'origine cette espèce était brune et n'est devenue blanche que par le fait de la domestication, n'ayant plus besoin de produire de la mélanine pour sa survie. Les papillons obtenus en élevage peuvent être complètement blancs avec un dessin crème ou gris-brun foncé; cependant entre ces cas limites il y a aussi une très large gamme de possibilités. Ils sont incapable de voler, c'est un peu comme s'ils avaient perdu cette notion. Cette espèce ne se rencontre que dans des entreprises de sériculture. La F (fig.148 au dessus est plus grande que le M en bas). La chenille se nourrit en temps normal de feuilles de murier et malgré les efforts multiples qui ont été fait pour lui fournir un autre régime alimentaire, rien ni fait elle ne veut manger rien d'autre que du murier. Elle mesure 80 mm de longueur, elle est blanchâtre avec des motifs ocres. Elle construit des cocons ovoïdes, un peu rétrécis au milieu, qui sont colorés de teintes claires. Le fil de soie qui constitue le cocon forme la matière première de l'industrie de la soie naturelle. Quand la chrysalide à environ dix jours elle est tuée, elle est jetée dans l'eau bouillante et par ce procédé barbare, le fil de soie peut être dévidé mécaniquement puisqu'il se trouve assoupli. Chaque cocon fournit entre 300 et 1.500 m de fil. Il n'est pas rare de trouver des cocon qui produisent 4.000 m de fil. Une tradition millénaire en fait de nos jours une véritable science qui a pour but d'obtenir des fibres de qualité, aussi longues et résistantes que possible, et de garantir les chenilles contre les épidémies mortelles dont elles sont constamment menacées. La maladie la plus grave est la pébrine ou jaunisse du bombyx: celle-ci s'attaque d'abord aux chenilles pour contaminer ensuite les adultes et pour finir: par les oeufs. Elle est causée par un parasite. Le seul moyen d'y échapper: faire preuve d'une propreté rigoureuse et un contrôle microscopique permanent des oeufs.

 Cycle vital de Bombyx mori / Le Bombyx du Murier / la chenille sur une branche de murier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Figure N°148

Cycle vital de Bombyx mori / Le Bombyx du Murier fig. 148