.

Généralitées sur les Fourmis 1

Généralités sur les Fourmis 1

Les fourmis appartiennent à la famille des Formicidae sont des insectes sociaux formant des colonies, appelées fourmilières. Leurs mœurs sont parfois extrêmement complexes, contenant de quelques dizaines à plusieurs millions d'individus. Certaines espèces forment des colonies de colonies. Les fourmis sont classées dans l'ordre des Hymenoptera, comme les guêpes, les frelons et les abeilles. Les termites qu'ils soient parfois appelés fourmis blanches, sont de l'ordre des Dictyoptera et du sous-ordre des Isoptera. Ils ne sont donc pas des fourmis, bien qu'ils leur ressemblent.
Les premières fourmis connues seraient apparues à la fin du Crétacé et seraient une évolution des guêpes du Jurassique. Morphologiquement, elles se distinguent des autres insectes principalement par des antennes avec un coude marqué et par un pédoncule en forme de perle formé des premiers segments abdominaux (qui sont joints au thorax chez les guêpes). Ce pétiole intercalé donne à l'abdomen une plus grande mobilité par rapport au reste du corps (c'est la forme du pétiole qui permet de déterminer l'espèce de la fourmi à coup sûr). À l'exception des individus reproducteurs, la plupart des fourmis sont aptères. Elles se sont adaptées à presque tous les milieux terrestres et souterrains (on en a trouvé jusqu'au fond d'une grotte de 22 km de long en Asie du Sud-est), sans toutefois avoir colonisé les milieux aquatiques et les zones polaires et glaciaires permanentes.Formicidae transportant leurs oeufs Photo A.M.B 2000
Les œufs sont pondus par une ou parfois plusieurs reines (les espèces de fourmis possédant une seule reine sont appelées monogynes et celles possédant plusieurs reines sont dites polygynes). Certaines espèces peuvent tolérer, lorsque la colonie est conséquente, deux reines tellement éloignées qu'elles ne se rencontrent jamais (on parle alors d'espèce olygynes). La plupart
des individus grandissent pour devenir des femelles aptères et stériles appelées ouvrières. Périodiquement, des essaims de nouvelles reines et de mâles, généralement pourvus d'ailes, quittent la colonie pour se reproduire. Les mâles meurent ensuite rapidement, tandis que les reines survivantes, fécondées, fondent de nouvelles colonies ou, parfois, retournent dans leur fourmilière natale.
Développement:
Les fourmis se développent par métamorphose complète, c'est- à- dire en passant par ces trois stades successifs : œuf, larve, nymphe (parfois appelée pupe ou cocon, principalement chez les Formicinae) puis adulte parfait ou imago (sans croissance à l'état adulte (une fois éclos l'insecte ne grandira plus, s'il est né petit c'est qu'il a manqué de nourriture mais ce n'est pas un bébé fourmi, comme j'entends souvent). La larve ne possède pas de pattes, elle est complètement dépendante des adultes. Les larves et les pupes doivent être maintenues à température constante pour assurer leur développement et sont souvent déplacées parmi les diverses chambres de couvée de la fourmilière. Les différences morphologiques majeures entre les reines et les ouvrières, et entre les différentes castes d'ouvrières quand elles existent, sont induites par les régimes alimentaires variés au stade larvaire. Quant au sexe des individus, il est génétiquement déterminé : si l'œuf est fécondé, l'individu est alors diploïde l'œuf donnera ainsi une femelle (ouvrière ou reine) ; s'il ne l'est pas, l'individu sera haploïde et formera un mâle qui lui sera ailé en sortant du nid. Parmi les 11 800 espèces connues environ (on estime à plus de 20 000 le nombre total d'espèces), la plus grande (30 mm de long) est Dinoponera quadriceps chez laquelle la reproduction d'une ouvrière aboutit, invariablement, à la mort en pleine action de son soupirant : encore accouplée, elle lui sectionne l'abdomen. Puis elle retourne au nid, toujours munie des pièces génitales de sa brève rencontre, ce qui la rend non réceptive aux avances des autres mâles.Formicidae mâle
Une nouvelle ouvrière passe les premiers jours de sa vie adulte à s'occuper de la reine et des jeunes. Ensuite, elle participe à la construction et au maintien du nid, puis à son approvisionnement et à sa défense. Ces changements sont assez brusques et définissent des castes temporelles. C'est-à-dire que les ouvrières se regroupent selon l'activité commune qu'elles auront à un stade de leur vie.
Chez certaines fourmis, il existe également des castes physiques. Selon leur taille, les ouvrières sont mineures, moyennes ou majeures, ces dernières participant plutôt à l'approvisionnement. Souvent les fourmis les plus grandes sont disproportionnées : tête plus grande et mandibules plus fortes. Chez quelques espèces, les ouvrières moyennes ont disparu, et il existe une grande différence physique entre les petites et les géantes, appelées parfois soldats bien que leur rôle défensif ne soit pas nécessairement prépondérant.

Toutes sortes de comportements sont observées chez les fourmis, le nomadisme en est l'un des plus remarquables. Les fourmis légionnaires d'Amérique du Sud et d'Afrique ne forment pas de nid permanent, mais alternent entre une vie nomade et une vie de sédentaire où les ouvrières forment un nid provisoire on l'appelle le bivouac, puisqu'elles se mettent en formation circulaire et font un nid improvisé pour leur reine à partir de leurs propres corps. La plupart des fourmis forment des colonies stationnaires, creusant d'habitude dans le sol ou une cavité. Les colonies se reproduisent par des vols nuptiaux comme décrit plus haut, ou par la fission (un groupe d'ouvrières creuse simplement un nouveau trou et élève de nouvelles reines). Les membres de différentes colonies sont identifiés par l'odeur et habituellement les intrus sont attaqués, avec des exceptions notables. D'autres méthodes de développement de nouvelles colonies ont été observées:  Æ