.

Généralités sur les Fourmis 2

 Généralités sur les Fourmis 2

 

Comportements sélectifs:Ordre des Formicidae Photo A.M.B.le Moulin de Prey
Quelques fourmis sont esclavagistes, comme les Formica sanguinea, qui pillent le couvain des autres espèces en réalisant de véritables raids dans les colonies adverse , s'emparent de pupes, cocons et nymphes qui sont traitées comme le couvain génétiquement parent, nourries, choyées, protégées.
Une fois nées, les ouvrières esclaves ne se rendent compte de rien, et pensent être dans leur fourmilière d'origine. Elles se mettent donc tout naturellement au travail.
Il arrive parfois qu'une reine d'une autre espèce soit prise en esclavage, la fourmilière disposera donc pendant une vingtaine d'années d'esclaves à profusion.
Quelques espèces, comme les fourmis amazones Polyergus rufescens, sont devenues complètement dépendantes de leurs esclaves, a tel point qu'elles sont incapables de s'alimenter toutes seules.
Les fourmis pot de miel ont des ouvrières spécialisées appelées replètes qui stockent simplement l'alimentation pour le reste de la colonie ; elles sont généralement immobilisées par leurs abdomens considérablement gonflés.
Les fourmis tisserandes du genre Oecophylla construisent leur nid dans des arbres en attachant des feuilles ensemble, d'abord en les joignant par un pont d'ouvrières puis en les collant ensemble avec de la soie produite par des larves.
Les coupeuses de feuilles du genre Atta se nourrissent, pour une part importante, d'un champignon symbiotique qui se développe uniquement dans leurs colonies. Elles récoltent continuellement des feuilles dans lesquelles elles découpent de petits morceaux qui servent à cultiver le champignon. Les castes de ces fourmis sont organisées autour de la découpe des feuilles et en fonction de la taille des morceaux dont elles sont chargées.
Les fourmis charpentières (certaines espèces du genre Camponathus qui font leurs nids en creusant le bois. Elles varient en taille (polymorphisme), elles mesurent, en général, plus d'un centimètre, elles comptent parmi les plus grandes espèces d'Europe.
Les fourmis moissonneuses du genre Messor. Qui peuple le Bassin Méditerranéen récoltent et amassent des graines de graminées sauvages et cultivées, quelquefois la récolte peux se compter en tonnes, dans des « greniers » souterrains. Les fourmis adultes (ouvrières et guerrières) décortiquent et mâchent chaque grain pendant plusieurs heures, de façon à en obtenir une pâte comestible.
Les fourmis « pestes », envahisseuses ou encore nuisibles, sont des espèces venues de pays lointains qui envahissent une nouvelle région et s'installent de telle manière qu'on ne puisse les chasser. Les plus connues en France sont les fourmis d'Argentine. Cette espèce particulièrement remarquable par sa petite taille (1-3 mm) et très agressive, a formé une super colonie de Barcelone à Milan. Les différentes fourmilières, contrairement aux autres espèces, sont alliées entre elles et par conséquent il est impossible de les arrêter lorsqu'elles forment de très grandes colonies en quête de nouveaux territoires. Cette espèce qui fut introduite en France par l'importation de pots de Lauriers roses venus d'Argentine, a déjà chassé plusieurs espèces d'autres insectes.
L'espèce qui suit était classée espèce protégée en France il y quelques années, mais son interdiction fut levée (par contre elle l'est toujours dans plusieurs pays européens), car elle est utile dans son environnement : Formica rufa. Sa présence au sein d'une forêt, protège les arbres du développement d'insectes ravageurs. Une colonie mature capture, en été, pas moins de 1 kg d'insectes par jour et autant de miellat. La fourmilière de ces dernières constitue un dôme de brindilles pouvant atteindre plus d'un mètre de haut, souvent en lisière de forêt ou de clairière. Le dôme permet une régulation de la température interne et une exposition optimisée aux rayonnements solaires, favorisant ainsi une croissance rapide du couvain. Fait, notable, certaines espèces de Fourmis rousses peuvent s'associer en d'immenses colonies. L'utilisation de feuilles de résineux ou de particules de Ordre des Formicidae. Ouvrière de la fourmi rousse. Photo A.M.B.le Moulin de Preyrésines contribue à la désinfection du nid.  
®