.

Généralités sur les Fourmis 6

Généralités sur les Fourmis 6

Évolution de l'espèceOrdre des Formicidae Photo A.M.B.le Moulin de Prey
Les Formicidae sont apparues au cours du Crétacé, il y a un peu plus de 100 millions d'années. Le plus ancien fossile connu apparenté aux fourmis est Gerontoformica creatica qui a été découvert dans l'ambre de l'Albien supérieur de la Charente- Maritime (France). Les fourmis semblent avoir divergé d'insectes qui auraient été apparentés aux guêpes. Dès lors, de nombreuses espèces sont apparues en optant aussi bien pour une vie souterraine ou arboricole, voire dans
certain cas les deux en même. La sous-famille Martialinae dont la seule espèce connue est Martialis heureka, pourrait être à l'origine de toutes les autres sous-familles.

La fourmi et l'homme
Les rapports entre humains et fourmis sont très variables. D'une part, les fourmis ont souvent été utilisées dans des fables et des histoires enfantines pour représenter l'acharnement au travail et l'effort coopératif. Elles peuvent aussi être perçues comme utiles pour nettoyer des insectes parasites et aérer le sol. D'autre part, elles peuvent devenir sources de nuisances mineures ou parasites elles-mêmes quand elles envahissent les maisons, les cours, les jardins et les champs. La fourmi Tretraponera colonise un arbre creux le Barteria surnommé au Gabon l'arbre de l'adultère. (Puisque autrefois, à l'époque de la colonisation on y attachait les femmes adultères). La morsure d'une fourmi est aussi douloureuse que celle d'une guêpe mais elle perdure moins longtemps.Ordre des Formicidae Photo A.M.B.le Moulin de Prey
Pour certaines tribus aborigènes d'Australie, les fourmis sont un plat particulièrement apprécié pour ses qualités nutritives. Ils s'en servent aussi pour aller à la
chasse.
Avec les échanges commerciaux et les transports internationaux, plusieurs espèces sont devenues invasives. Une certaine espèce, amazonienne (Myrmecia desrtorum) appelée fourmi tueuse, ou fourmi bouledogue, a tendance à s'attaquer des animaux beaucoup plus volumineux qu'elle, lorsqu'elle est en quête de nourriture ou quand elle défend son réseau de nids. Les attaques sur l'homme demeure assez rares, mais les piqûres et les morsures peuvent être très douloureuses et invalidantes si elles sont répétées, il y à presque toujours un choc anaphylactique à craindre lorsque l'on a faire aux espèces dangereuses. Les fourmis peuvent aussi être source de déséquilibre lorsqu'elles sont introduites dans des zones géographiques où elles ne sont pas indigènes.
L'invasion de la fourmi d'Argentine
Iridomyrmex humilis, la fourmi d'Argentine qui fut décrite pour la première fois en 1868 par Mayr, a su profité des échanges commerciaux pour s'expatrier et coloniser le Sud des États-Unis dès 1891, puis l'Europe en 1904, pour s'étendre vers l'Afrique du Sud en 1908 et pour finir par l'Australie en 1939. Mais il est probable qu'elle est atteint les côtes méditerranéennes au alentour des années 20 par le biais de plantes à fleur, alors en plein essor d'importation.
En 2002, des entomologistes européens ont constaté que la fourmi d'Argentine avait envahi l'Europe du Sud sur 6 000 km du nord de l'Italie jusqu'à la Galice et le Portugal, en passant par le sud de la France. Cette colonisation est la plus grande invasion jamais observée dans le monde.
Le changement d'environnement de ces fourmis pourrait être à l'origine de leur grande cohésion. Lorsqu'elles sont en Argentine, les colonies de Iridomyrmex humilis ne comptent qu'un seul nid. Ce serait donc l'absence de prédateurs en Europe qui aurait permis d'augmenter la densité de leurs nids et donc la logique résultante de cette expansion facilite les échanges entre les ouvrières de ceux-ci, entraînant un appauvrissement de la diversité génétique des gènes de reconnaissance des individus au sein de leur nid. Les fourmis d'Argentine apprirent la diplomatie, et les différents nids ne s'entretuèrent plus. Au fil du temps, la densité des nids permit la création d'une super colonie, et deux individus d'un bout à l'autre de cette mégalopole de fourmis peuvent se reconnaître du premier coup grâce aux phéromones identiques.
Les fourmis d'Argentine ne sont pas dangereuses pour l'homme mais elles nuisent à l'écosystème originel: elles détruisent les bourgeons des arbres et prennent la place des fourmis européennes. La seule façon d'empêcher l'expansion de cette super colonie serait de détruire l'esprit de l'unité de leur collectivité territoriale qui unit leurs nids. Cet esprit d'équipe est condamné à disparaître une fois l'objectif de la super colonie atteint: coloniser un maximum de territoire.Formicidae; Photo Françoise Diffenthal

Ht de page