.

Les Fourmis Rouges

Les Fourmis Rouges

Il était impossible de ne pas créer des pages sur ces redoutables prédateurs, vous êtes si nombreux à me demander si les fourmis rouges vivent en Europe.

Classification Linnéenne
Règne Animalia  Embranchement Arthropoda
 Classe Insecta  Ordre Hymenoptera
Sous-ordre Apocrita Famille Formicidae
Sous-famille Myrmicinae Tribu Solenopsidini
Genre Solenopsis   Espèce invicta
Nom binominal
Solenopsis invicta Buren, 1972

GénéralitésFourmi rouge de feu Solenopsis invicta Photo de Mlle Arrowi CADUGA avec son aimable autorisation (Août 2010)

La fourmi rouge de feu (Solenopsis invicta), ou fourmi de feu rouge ou tout simplement fourmi de feu, est l'une des 266 espèces de fourmis qui pique et appartenant au genre très répandu des Solenopsis.

Les fourmis rouges (dites de feu) sont plus agressives que la plupart des espèces de fourmis autochtones et se distinguent par leur piqûre douloureuse. Lorsque l’on marche par inadvertance sur un de leurs tumulus, on provoque une effervescence des insectes qui essaiment rapidement sur les jambes et elles attaquent en masse. Les fourmis sont réceptives aux phéromones émises par la première fourmi attaquante. Les fourmis forment alors un essaim et piquent immédiatement et indistinctement au moindre mouvement. 

Ce genre concurrence les autres espèces de fourmis et a réussi à agrandir son aire de répartition, notamment aux États-Unis, où il s’est répandu progressivement vers le nord et l'ouest et ce malgré tous les efforts qui ont été fait pour les combattre. De nos jours, elles sont présentes dans la plupart des États du Sud Ou il n'est pas rare de voir apparaître soudainement plusieurs fourmilières dans un jardin ou un champ, du jour au lendemain.

Les fourmis de feu sont toujours en mouvement, elles voyagent d'une région à l'autre, dans les mottes de gazon, les racines des plantes dans les pépinières ou d'autres types de cultures humaines. Elles sont nuisibles non seulement à cause de la douleur des piqûres qu'elles peuvent infliger, mais aussi du fait des tumulus qu'elles édifient, elles endommagent les racines des plantes et ce qui fini par provoquer des pertes dans les récoltes.

Leurs piqûres sont rarement dangereuses pour la vie de l'homme.

Une adaptation dans les situations d’urgence

Les fourmis de feu sont très résistantes et se sont adaptées pour résister aussi bien aux inondations qu'à des conditions de températures extrêmes comme la sécheresse. Quand les fourmis sentent le niveau de l'eau monter dans leurs nids, elles se rassemblent pour former une grosse boule, sorte de radeau capable de flotter sur l'eau, les ouvrières à l'extérieur et la reine à l'intérieur. Lorsque la boule atteint un arbre ou quelque autre objet résistant et statique, les fourmis essaiment vers ce support et attendent patiemment que le niveau de l'eau baisse. Pour résister à la sécheresse, la structure des nids comporte un réseau de galeries souterraines de ravitaillement qui s'étend vers le bas jusqu'à la nappe phréatique. En outre, elles n'hivernent pas, car elles sont aussi adaptées à des conditions de froid jusqu'à une température de -10°C environ.

Caractéristiques physiques

Les fourmis de feu ont un corps totalement symétrique, ce qui signifie que la partie gauche du corps est l'image exacte dans un miroir de la partie droite. Elles ont un exosquelette rigide, en effet, leur corps ne contient ni os ni tissus de soutien internes, mais uniquement un tégument coriace pour assurer soutien et protection. Elles respirent par une trachée.

Le corps se compose de trois parties principales : la tête, le thorax et l'abdomen Elles ont trois paires de pattes et une paire d'antennes attachées à la tête.

ReproductionFourmi rouge de feu Solenopsis invicta Photo de Mlle Arrowi CADUGA avec son aimable autorisation (Août 2010)

Comme toutes les fourmis, les ouvrières et les soldats sont des femelles stériles. La reine assure la ponte de milliers d’œufs. Le nombre de mâles est très faible car un seul d'entre eux suffit à assurer l'ensemble du processus de reproduction.

Les fourmis de feu ne mordent pas. Elles se servent de leurs mâchoires pour s'accrocher et, comme les abeilles et les guêpes, elles injectent leur venin à l'aide d'un dard situé à l'extrémité de l'abdomen. Bien accrochées à la chair de leur victime grâce à leurs fortes mandibules, elles peuvent piquer plusieurs fois de suite.

 

. ®