.

Les Guêpes Maçonnes

Sous- famille des Eumeninae: les Guêpes maçonnes Eumenes coarctatus cherchant du sable pour son nid Hyménoptère du Moulin Photo A.M.B 2010

Les guêpes maçonnes sont en général plus sveltes et une forme plus athlétique que celle des autres espèces appartenant à la même sous-famille.
Généralités :
Leurs griffes sont ordinairement bifides ou dentées au-dessous. Les espèces sont essentiellement solitaires, il est même assez fréquent de rencontrer une importante concentration d'individus sur un même lieu lorsque celui-ci est propice à la nidification. Les matériaux construction des nids sont l'argile et le sable, on ne trouve que très rarement des matières végétales sont associées à l'argile. En Europe on en connaît un peu plus de 80 espèces qui sont pour la plupart difficile à déterminer. Mais celles que vous trouverez aux fils de ces pages, sont aisément identifiables en raison de leurs nids qui sont remarquables voire de petits chef-d'oeuvres pour certaines.
La 1ère de notre étude est:
Eumenes coarctatus
Description : Le corps mesure entre 12 à 17 mm. Le thorax est presque sphérique, l'abdomen est extraordinairement long et filiforme. En effet le premier segment abdominal est moitié moins large que le second qui est transformé en un long pétiole. Les dessins jaune répandus un peu partout sur le corps offre un exemple type du mimétisme de la guêpe. En Europe on en dénombre sept espèces très difficiles à déterminer pour le non spécialiste.
Période de vol : Mai à septembre. La plupart des espèces connaissent deux générations par an, mais dans le cas de celle de septembre la nymphe hiberne.
Habitat : Tous les lieux ensoleillés et dégagés, mais surtout les friches et les lieux comme les sablières et les gravières, endroit qui se trouve être des supermarchés à ciel ouvert pour leurs constructions.
Distribution : Quelques espèces seulement sont assez répandues et encore presque communes.
Mœurs : Les Eumènes construisent de curieux nids en sable et en argile. Ils sont conçus seul ou par petits groupes sur des substrats plans (exemple un mur de pierre ou sur un branche d'arbre) isolément sur des tiges d'ombellifères. L'insecte apporte avec ses palpes maxillaires des billes d'argile humide et elle commence par façonner une gourde sphérique ou ovoïde l'ouverture est un col étroit permettant juste son passage. L'ouvrage achevé ressemble à une minuscule amphore. Elle introduit son abdomen dans l'orifice et y dépose un œuf pédonculé au plafond de la cellule. Elle apportera ensuite des chenilles de Geometridae (petits papillons de nuit souvent posés les ailes à plat sur le mur lorsqu'ils rentrent dans les maisons éclairées par les belle nuits d'étés). Elle garnira son nid d'autant de chenilles qui seront nécessaire au développement de sa larve, qui les consommera fraîche puisque la mère n'a que paralysé la proie qui est encore vivante quand la larve la dévore (ces observations furent maintes fois d'écrite par Jean -Henri Fabre).Nid achevé mais non bouché d'Eumenes coarctatus (Remarquez la forme de l'amphore) Hyménoptère du Moulin Photo A.M.B 2010