.

Les Outils du Charron

Les Outils du Charron,

 et quelques une de ses oeuvres.

Les Outils des anciens. Le Charron Coll. Créd. Photo A.M.B Roue de Fiacre.Les Outils des anciens. Le Charron Coll. Créd. Photo A.M.B

Pour être charron il fallait une grande habileté manuelle et surtout une bonne dose de géomètrie intuitive.

A partir du moment où l'homme a découvert et utilisé la roue pour construire des véhicules, il y a eu des Charrons. C'est un métier qui a vu le jour il y a probablement plus de 4000 ans.
Depuis l'Antiquité, on utilise des chars et des voitures tirées par des animaux de trait (chevaux, ânes, mulets, bœufs et vaches). Au XVIe siècle est apparut le fiacre, le carrosse. Les charrons faisant partie de la corporation des « entrepreneurs de carrosses, coches, chariots, litières, brancards, calèches ». Le statut de charron fut officiellement reconnu par Louis XIV en 1658 Les Outils des anciens. Le Charron Coll. Créd. Photo A.M.B
L'âge d'or de ce métier s'est étalé sur plusieurs siècles. Il fallait un très grand savoir-faire, qui s'acquérait pendant plusieurs années de compagnonnage, puis encore plusieurs années de pratique. Le charron a suivi le monde rural, jusqu'au début du XXe siècle.
Le charron commence à exercer son art pendant l'hiver. A l'aide de différentes et diverses scies, il va de bon matin, à la pointe du jour débiter les arbres dont il aura nécessité pour y sortir des planches, ou des longerons et des traverses de différentes tailles. Les longerons, taillés dans un seul arbre bien droit et long de sept à huit mètres, constitueront la base de toute charrette. Ce sont eux qui porteront la charge pouvant aller jusqu'à plusieurs tonnes. Leur extrémité, sur deux mètres, était arrondie à la plane pour former les brancards où viendra prendre place le, cheval ou le bœuf. La plane est un outil tranchant à deux poignées qui travaille comme un rabot mais au lieu de pousser on tirait vers soi. Autrefois on l'utilisait fréquemment. Le châssis de la charrette est constitué de planches entièrement assemblé par des tenons et des mortaises. Les outils utilisés sont commun de tous les menuisiers (car c'était ce qu'il était un menuisier spécialisé dans le transport : ils étaient le compas, le vilebrequin, la gouge, le ciseaux à bois, et divers outils que l'on nommaient Calibre. Le travail le plus délicat était la fabrication des roues. Le moyeu de la roue, était en orme, on le dégrossissait à la hachette et il était fini au ciseau à bois; le trou de l'axe se faisait au moyen de tarières et peaufiné avec une lime prévue à cette effet. Les rayons en chêne (appelés rais) étaient ajustés à la plane. La jante était constituée de plusieurs parties (en nombre impair pour assurer la solidité de l'ensemble) découpées dans des planches d'une dizaine de centimètres d'épaisseur. Chacune de ces parties recevait deux rayons. Le Charron n'avait pas toujours de forge, il se rendait donc chez le forgeron pour cercler les roues. Ce travail était très délicat et devait être fait en équipe et avec rapidité pour ne pas brûler le bois.

Les Outils des Anciens. Le Charron Coll. Créd. photo A.M.B 2010 Les Outils des Anciens. Le Charron Coll. Créd. photo A.M.B 2010 Les Outils des anciens. Le Charron Coll. Créd. Photo A.M.B