.

Les Insectes Aquatiques

Meganeura monyi le règne des insectes géants ailés. On pense que c'est le plus gros des insectes ayant vécu sur la planète.

      Ordre : Protodonates (aujourd’hui disparu)

       Genre : Namurotypidae (aujourd’hui disparu)                                                                              

      Habitat : Rivières et Marécages                                      

Taille : 80 cm d’envergure                                                          

Poids : 150 grammes                                                              

Nourriture : insectes et grand cafards   

Moyen de capture : morsure (par les manbibules)                

 

La découvertes des premiers fossiles de Meganeura fut soupçonnés à Commentry dans l’Allier dès 1880, mais ce n’est qu’à partir de 1885 avec le paléontologue français Charles Brongniart qui la d écrivit et la nomma. Aujourd’hui l’holotype de cette espèce, (holotype=est  un terme servant à désigner l’unique spécimen ayant servit à la description) se trouve au Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris.

Elle vivait dans les grandes forêts tropicales humides et marécageuses du Carbonifère, il y a environ 280 M-A, c’est-à-dire au Permien inférieur. De nos jours, nous pensons que si les insectes ailés se sont beaucoup développés c’est en raison de l’importante élévation du taux d’oxygène (dans le chapitre consacré au odonates j’indique le pourcentage de l’air en comparaison avec celui d’aujourd’hui) mais surtout en l’absence des Ptérodactyles, ces fameux reptiles volants avec des longs becs armés de dents, ils en seront les plus grands prédateurs au Trias, il y a 230 M.-A.

La libellule des marécages préhistorique était un redoutable combattant :

-          Ses ailes étaient renforcées par des grosses nervures costales.

-          L’abdomen était particulièrement long, il mesurait un mètre.

-          Ses pattes, au nombre de six, étaient beaucoup plus solides que celles de nos libellules actuelles.

-          Sa tête possédait des pièces buccales d’une largeur d’un centimètre et demie  et servant très probablement à mordre.

D’ailleurs on suppose qu’elle devait chasser des insectes de la taille d’un cafard (dont la hauteur était celle d’un enfant de 5 ans.)

Comme pour les nôtre, les larves étaient aquatiques et carnivores.

Les raisons de son extinction reste un mystère :

on a imaginé qu’il pouvait être à cause de la diminution progressive du taux d’oxygène,

 que les Ptérodactyles avaient  fait des ravages.

. Mais nous pensons que ces explications ne sont qu’une partie d’une sorte de vérité.

 

Meganeura monyi de Commentry