.

Les Coccinelles

Les Mystérieuses Coccinelles Introduction

Coccinelles les meilleures alliées des jardiniers

CLASSIFICATION LINNEENNE
Règne Animalia
Embranchement Arthropoda
Sous-Embr Hexapoda
Classe Insecta
Sous-classe Pterygota
Infra-classe  Neoptera
Ordre Coleoptera
Sous-ordre Polyphaga
Infra-ordre Cucujiformia
Super-famille Cucujoidea
Famille Coccinellidae

 

Étymologie

Le mot coccinelle est apparu au milieu du XVIIIème siècle, c’est la tranposition directe du latin scientifique coccinella (Linné, 1740) formé à partir du latin impérial coccinus (écarlate), calqué du terme grec kokkinos, désignant le Kermès des teinturier, Kermes vermillo (Homoptera, Kermesidae), Cochenille du chêne kermès qui fourni la couleur écarlate. La famille des Coccinellidae a été créée par Pierre André Latreille (1762-1833), en 1807.

DescriptionImago de Coccinella septempunctata

La majorité des coccinelles sont de taille modeste, de 1 mm à 10 mm. Elles sont généralement arrondies, les pattes courtes, elles sont marquées sur les élytres de taches, ou de points noirs. Elles présentent de grandes variétés chromatiques, et certaines espèces, sont recouvertes d'une couche de fines soies, comme rhyzobius forestieri. Les espèces sont souvent nommées d’après le nombre de leurs points.

Sous les élytres se trouvent les ailes, d'un noir transparent, presque deux fois plus longues que le corps. Le coléoptère ne peut les ramener à lui, que plissées en longueur et pliées en travers, mais il ne lui faut que quelques secondes pour les déployer.

L'espèce la plus répandue et commune, Coccinella septempunctata, est rouge avec sept points noirs sur les élytres. Il y a aussi des coccinelles à deux, cinq, dix, quatorze, vingt-deux et même vingt-quatre points. Celle à vingt-deux points est nommée Thea 22-punctata

Contrairement à ce que certains disent encore de nos jours, le nombre de points sur les élytres ne correspond pas à son âge, Ce motif exclusivement propre à chaque espèce, ce qui nous permet de la caractériser. Comme chez tous les insectes une fois qu’ils sont sortis de leurs chrysalides, l’imago ne change plus de taille.

On la rencontre toute l’année dans les jardins, les champs et les bois. Elles ont généralement une génération par an, et parfois deux.

Les coccinelles sont très utiles dans la lutte contre les insectes considérés comme nuisibles, tels que les pucerons, et certaines cochenilles, qu'elles dévorent en grandes quantités.

Pendant la saison froide, les coccinelles se mettent en diapause, et trouvent refuge sous les pierres, sous l'écorce des arbres, parfois dans les vieilles souches, dans la mousse, ou encore sous les feuilles de fleurs fanées.

Cycle de vie et métamorphoseLarva de Coccinella septempunctata

Comme chez tous les insectes la métamorphose de la coccinelle comporte quatre stades: l'œuf, la larve, la nymphe et l’adulte. En une vie, la coccinelle peut donner naissance à des milliers de larves, qui seront toutes insectivores. Chaque adulte vit deux à trois ans.

 

 

 

Reproduction

Au printemps, après l’accouplement au moment de la ponte, la femelle choisit unefeuille fréquentée par les pucerons. Elle s'y installe pond ses œufs, de cinquante à quatre cents.Les œufs sont de couleur jaune et de très petite taille.Trois à sept jours plus tard, les œufs éclosent et l’on voit sortir les larves.Les larves, sont fuselées, couleur bleu gris, métallique, elles peuvent dévorer jusqu'à neuf mille pucerons durant les trois semaines de leur développement, parait-il !Arrive le temps de la nymphose: les larves fixent, avec quelques fils de soie, leur extrémité abdominale au revers d’une feuille, et restent ainsi immobiles, pendant huit jours, le temps de la métamorphose.Puis, la cuticule se fend, alors un adulte, de couleur jaune pâle, en émerge. En l’espace de quarante-huit heures, la coccinelle devient rouge, ponctuée de points noirs ou jaunes.

Régime alimentairePupa de Coccinella septempunctata

Les larves peuvent dévorer jusqu'à cent cinquante pucerons par jour.

Chaque espèce a une alimentation bien spécifique, les coccinelles ont été regroupées selon leur régime alimentaire.

Les coccinelles phytophages, se nourrissant de végétaux, et peuvent causer des dégâts aux espèces végétales cultivées.

Les coccinelles mycophages, qui mangent des champignons, comme l'oïdium.

Les coccinelles aleurodiphages, qui se nourrissant d'aleurodes.

Les coccinelles acariphages, qui se nourrissent d'acariens, les plus petite, moins d'un millimètre.

Les coccinelles aphidiphages, qui se nourrissent de pucerons.

Coccinelle asiatique

La coccinelle asiatique, Harmonia axyridis, est une espèce aphidiphage et se nourrit de pucerons.

Elle est originaire de Chine. Dès le début du XXe siècle, et surtout, vers la fin des années 1980, elle a été importée, en grand nombre, en Europe et aux États-Unis, dans le cadre de la lutte biologique. Mais son comportement, sa prolificité et sa voracité en ont fait perdre le contrôle, et elle est désormais considérée comme nuisible pour de nombreuses espèces de coccinelles autochtones, dont elle envahit le territoire et qu'elle tend à éliminer.

Sa relation avec l’homme et avec les autres insectes

La coccinelle est utilisée, en tant qu'auxiliaire, par les jardiniers, dans un cadre de lutte biologique contre les pucerons et les cochenilles farineuses, en remplacement des produits phytosanitaires. Ils doivent éviter de placer des coccinelles sur des plantes traitées avec des produits : les traitements phytosanitaires tuent aussi les coccinelles.Les fourmis protègent les pucerons: en consommant leur miellat, elles deviennent toxiques pour les coccinelles. Les larves de coccinelle sont d'autant plus vulnérables qu'elles n'ont pas de carapace, et qu'elles ne peuvent pas quitter la plante en s'envolant.