.

La Coccinelle Asiatique

La Coccinelle Asiatique, (Source Wikipédia) (Harmonia axyridis) est une espèce de coccinelle aphidiphage (qui se nourrit de pucerons), originaire de Chine. Dès le début du siècle, mais surtout plus massivement, vers la fin des années 1980 elle a été importée en Europe et aux Etats- Unis pour la lutte biologique. Mais son comportement, sa prolificité et sa voracité en ont fait perdre le contrôle, et elle est désormais considérée comme nuisible pour de nombreuses espèces de coccinelles autochtones qu'elle tend à éliminer.
Description
Morphologie : le mâle est plus petit que la femelle, avec des tailles variant de 4,9 à 8,2 mm de long et de 4,0 à 6,6 mm de large.
Motifs et coloration : Cette coccinelle présente une large gamme de coloris, allant du rouge à points noirs au noir à points rouges, en passant par de nombreuses nuances de jaune. Les élytres sont ornés de zéro à 19 points. On pense qu'elle pourrait être douée de mimétisme. 
Prédation : Elle se nourrit de pucerons, de psylles et de cochenilles, avec une voracité plus importante que celle les espèces autochtones utilisées jusqu'alors, surtout aux stades larvaires 3 et 4.
Dans le cadre des importations dans les pays occidentaux pour la lutte biologique, il s'est avéré qu'elle s'attaquait également aux autres coccinelles locales, à d'autres insectes et aux fruits des vergers (les prunus seraient les plus touchés).
• Reproduction : Prolifiques, les femelles de cette espèce peuvent pondre jusqu'à 2500 œufs pendant leur vie, et en laboratoire, elle peuvent même aller jusqu'à 3 819 oeufs à un taux de 20 à 30 œufs/jour (25 œufs par jour en moyenne), mais à fécondité normale cela peut-être plus bas (moins de 1700 œufs).
• Stades de développement : Les œufs fraîchement pondus sont jaune pâle et ovales et ils mesurent 1,2 millimètre de long. Ils deviennent jaune plus foncé avec le temps.
¬ Au premier stade, la larve mesure de 1,9 à 2,1 mm puis grandit jusqu'à 7,5 à 10,7mm dans le quatrième stade, parfois moins puis gris-noir environ 24 h avant d'éclore.
Les larves sont ornées de nombreux spicules dont les fonctions ne sont pas connues. Sur l'abdomen, les spicules dorsaux se terminent en une triple fourche, alors que les spicules (latéro-dorsaux) sont doubles. La coloration de la larve change à chaque stade larvaire, passant d'une couleur généralement noirâtre foncée pour les premiers stades, bien que certains observateurs aient cité une tache rouge au centre du sixième segment abdominal.
¬ Au second stade, les côtés (zone latéro- dorsale) sont ornés d'une tache orange ou sur les 1ers et 2nds segments abdominaux.
¬ Au 3e stade, la coloration orange couvre les zones latéro-dorsales du premier segment abdominal et des domaines latéro- dorsaux des deuxième aux cinquième segments abdominaux.
¬ Le 4e stade présente les mêmes taches orange sur fond noirâtre qu'au 3e stade, mais les spicules des secteurs dorsaux des quatrième et cinquième segments abdominaux sont également orange.
Comme souvent chez les Coccinellinae, la chrysalide est accrochée à une feuille ou à une branche sans être protégée du soleil, des intempéries ou prédateurs. Les restes d'exuvies du 4e stade sont attachés à l'extrémité postérieure de la chrysalide, au point d'attache sur le substrat.
• Développement : Pour des individus biens nourris et maintenus à 26°C, les larves éclosent (en moyenne) 2 à 3 jours après. Le 1er stade dure 2.5 jours, le second 1.5 jour, le troisième 2 jours et le quatrièmes 4.5 jours. Les chrysalides donnent des adultes  4.5 jours après la métamorphose.
Lors d'hivers doux et le réchauffement climatique pourraient favoriser l'espèce. Le développement est accéléré si les aphidae (pucerons) sont abondants. Les espèces d'aphidae consommés influent également sur la vitesse de développement des larves à tous les stades, ainsi que sur la fécondité de l'adulte.
L'imago vit normalement de 30 à 90 jours selon la température ambiante, certains adultes ont vécu trois ans
•Distribution indigène : Elle est largement répandue ; des chaînes de l'Altaï à l'ouest à la côte Pacifique dans l'Est, et du Sud de la Sibérie au nord de la Chine méridionale.
•Distribution actuelle : La première population repérée 
en Amérique du Nord date de 1988. Cette coccinelle s'est rapidement montrée invasive, colonisant dans les années 1980 une grande partie des Etats-Unis. Elle semble en voie d'occuper la niche écologique de nombreuses espèces.
•L'espèce et l'homme:
Érigée en symbole de la lutte biologique contre les «ennemis des cultures » tels que les pucerons, la coccinelle asiatique fut importée de Chine dans tout l'hémisphère nord pour cet usage. Des essais d'utilisations contre les pucerons ont été faits en Amérique du nord dès la Première Guerre mondiale ; en 1916 puis partout dans l'hémisphère nord.
•Espèce invasive :
Après être restée discrète plusieurs décennies, elle s'est rapidement montrée invahissante, peut-être même à partir d'individus aptères et réputés ne pas pouvoir passer l'hiver. Elle serait en vente en Belgique depuis 1997, elle a colonisé la Flandre en quatre ans seulement. C'est un scénario qui s'est souvent répété en Europe et en Amérique du Nord. La vente des larves en a été stoppée en Belgique, mais la coccinelle asiatique est devenue la coccinelle la plus répandue à Bruxelles et en 2006-2007 elle a beaucoup progressé dans le nord de la France. Elle est actuellement (depuis juin 2009) vendue dans les jardineries sous le nom "Coccibelle". La documentation indique en petit "(Harmonia axyridis, souche non volante, sélectionnée par l'INRA à partir d'une population naturelle)". La boîte de 60 larves est produite par Biotop. Et cela, malgré les dangers dénoncés par l'INRA. L'espèce s'est en fait répandue progressivement en Europe dans les années 2000. On la trouve de plus en plus, du nord au sud-est de la France, de l'Angleterre à la Grèce et jusqu'en Amérique du Sud
On sait que  l'utilisation de la couleur pourpre lui déplaît fortement.

 

Coloration de la coccinelle asiatiqueColoration Coccinelles Asiatiques (source Wikipédia)