.

Les chenilles de France

Les Chenilles de nos régions

noct-de-l-aune-1.jpg Jocheaera alni Linnaeus La Noctuelle de l’Aulne

La Noctuelle de l'Aulne Photo AMB2010

 Chenille adulte de Jochearea alni Linnaeus

Répartition géographique : Espèce très largement répandue dans toute l’Europe, souvent localisée. En France on la rencontre presque partout sauf dans le sud.

La longueur maximale ne dépasse pas les 35 mm. Son corps est noir avec les anneaux abdominaux marqués de bandes jaunes. De longues soies noires nettement spatulées partent latéro-dorsalement. La tête et les pattes sont noires brillant. Chez les jeunes chenilles la livrée est différente, on note : absence des bandes jaunes, et les soies sont moins développées ; par contre elles possèdent une grande tache dorsale d’un blanc grisâtre et elles ressemblent à s’y méprendre à des fientes d’oiseaux lorsqu’elles sont au repos, dans ce cas le corps est replié latéralement.

Biotopes : Bois et landes

Plantes hôtes : Bouleaux (Betula), Aulne glutineux (Alnus glutinosa), Chênes (Quercus), Peupliers (Populus), Aubépine (Crataegus monogyna), ainsi que pratiquement tous les arbustes et autres fruitiers à  feuilles caduques.

Cycle biologique : Une génération par an. Les œufs seront pondus isolément en juin sur les feuilles de la plante hôte, et ils éclosent une semaine après. On observe les chenilles vers juillet/août. Ensuite arrivées à maturité elles creusent le bois pourri pour s’y nymphoser. La chrysalide hiverne, et l’émergence de l’imago a lieu d’avril à juin.

   
 
Saturnia pavonia Femelle Gd Paon en train de pondre   Chrysalide de Pt Paon de nuit  

Eudia pavonia = Saturnia pavonia Linnaeus

(revenu récemment Saturnia Il semblerait d’ailleurs que les Attaciidae soient revenus les Saturniidae, La famille des Saturniidae a été créée par l'entomologiste français Jean-Baptiste Alphonse Dechauffour de Boisduval en 1837.)

Répartition géographique :

Largement répandu dans presque toute l’Europe, bien que depuis quelques années il semble devenir moins abondant.  

Description : La longueur maximale dépasse rarement les 60 mm. Le corps est généralement vert foncé, il peut être chez certains individus vert jaunâtre, cependant dans les deux teintes on remarque des verrues roses ou jaunes cerclées de noir et surmontées de courtes soies brunes. Les stigmates sont vus d’un orange vif et entourées de noir. La tête : relativement petite est verte. Cependant les zones noires qui entourent les verrues sétigères sont vues très variables quant à leur extension : car elles peuvent alors se rejoindre pour former des bandes transversales. On notera que les jeunes chenilles sont presque entièrement noires.   

Biotopes : Les collines et les bois clairs, la lande et quelquefois on la rencontre dans les jardins sur les feuilles des framboisiers, mais aussi sur les bruyères.

Plantes hôtes : Bruyères (Erica et Calluna), Ronces (Rubus fruticosus), Airelle-myrtille (Vaccinum mytillus) Prunelier (Prunus spinosa), Aubépine (Crataegus monogyna), Saule (Salix alba et pendula), Tous les Bouleaux (Betula), Salicaire (Lythrum salicaria), Reine des prés (Filipendula ulmaria)

Cycle biologique : Il n’y a qu’une génération par an. La ponte ressemble à une espèce de qui entourerait la tige de la plante hôte, elle lieu en mai. Les chenilles s’observent de mai à août. La coloration typique leur assure un camouflage très efficace, particulièrement lorsqu’elles sont sur les bruyères. La nymphose s’effectue dans les premiers jours de l’automne dans un cocon assez lâche il est généralement piriforme, il est tissé dans le feuillage de la plante. L’émergence de l’imago à lieu le printemps suivant.