Un nandou ( espèce d'oiseau ratite)

Toutes les espèces d’oiseaux n’ont pas la capacité de voler. C’est le cas de l’oiseau ratite. Sous cette appellation, on désigne un ensemble d’animaux, généralement imposants par leur taille et leur poids. Découvrez mieux cette classe d’oiseaux qui, malgré son incapacité à voler, n’a rien à envier à ces homologues du ciel.

D’où vient l’expression ratite ?

Le mot ratite regroupe tous les types d’oiseaux coureurs. Autrement dit, ces créatures n’ont pas la capacité de voler. Plus précisément, il s’agit d’une expression scientifique « ratitae » tirée du latin « ratis », qui signifie un radeau. Cela fait allusion au sternum, un os central du thorax. Ratites servaient à désigner les oiseaux dont le sternum est sans crête, par opposition aux carinates, espèces présentant un bréchet sur ledit os.

Toutefois, toutes les deux espèces possèdent un long empilement de vertèbres. À force d’être utilisé dans la langue française, le mot ratite prend un sens plus large et désigne alors tous ces oiseaux remarquables par leur taille et inaptes à voler. Les meilleurs endroits où les voir sont les zoos et parcs naturels.

Pourquoi les oiseaux ratites ne volent-ils pas ?

La question sur l’incapacité d’un oiseau ratite à voler a longtemps occupé les débats scientifiques. Comment un si grand oiseau n’est-il pas capable de voler ? Les chercheurs tentaient de comprendre ce paradoxe. Partant de l’évidence selon laquelle les oiseaux ratites ne peuvent voler, ils remontent à des causes plausibles.

L’une des raisons avancées est purement anatomique. D’abord, le sternum de ces espèces est dépourvu de quille. Ce faisant, il est impossible pour les muscles des ailes de s’insérer sur cet os afin de créer un battement optimal des ailes. Chez les oiseaux qui volent, ce mécanisme fonctionnel est essentiel.

Les ratites ont donc des muscles des ailes atrophiés. Par contre, les scientifiques ont constaté que les muscles des jambes et des cuisses sont très forts. Ainsi, les oiseaux ratites peuvent parcourir de longues distances avec leurs solides pattes.

Par ailleurs, la science justifie l’existence de ratites par certains événements dans l’histoire de la faune. Il existe une théorie de l’évolution des espèces qui explique l’apparition des oiseaux ratites. À l’origine, les oiseaux auraient un ancêtre commun. Puisqu’ils étaient de différentes espèces, les besoins de survie ont orienté chaque race vers des destinations différentes.

À chaque fois qu’un groupe se retrouve dans un nid ou écosystème pacifique à l’abri de prédateurs, il n’était plus nécessaire de voler. L’astérisme se serait manifesté davantage au moment de l’extinction des dinosaures et autres mammifères prédateurs.

Quels sont ces oiseaux ratites ?

Les oiseaux ratites ne sont pas nombreux dans le monde. Il existe seulement cinq types, dont : les casoars, l’émeu, les nandous, l’autruche et les kiwis. Certains spécimens restent incroyables à travers leurs caractéristiques physiques. Le MOA géant de la Nouvelle-Zélande et l’oiseau éléphant étaient respectivement les plus grands et plus lourds oiseaux ratites. Ces deux espèces se sont éteintes malheureusement.

L’autruche figure comme l’oiseau ratite le plus grand (1,75 à 2,75 mètres) et le plus gros (90 à 150 kilogrammes). Encore appelée « Struthio camelus », l’autruche est reconnaissable à son long cou et ses pattes musclées. Cet oiseau terrestre possède un bec et des griffes longues de 10 cm pour se défendre.

À la course, cet animal peut atteindre les 50 km/h. L’autruche mâle est entièrement noire sauf au niveau des ailes et de la queue où se trouvent des plumes blanches. Quant aux femelles, leur plumage est brun-gris. Chez la femelle, la couleur des cuisses peut être rose ou bleue selon l’espèce. Toutefois, en période de reproduction, la couleur s’intensifie.

Les autruches sont de véritables oiseaux coureurs. À la quête de nourriture, ces animaux parcourent 10 à 40 km par jour. Elles mangent presque tout, mais sont essentiellement herbivores. Les autruches sont présentes en régions arides d’Afrique, au sud du Sahara.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page