.

Les Blattes de chez nous

La blatte sylvestre  Ectobius sylvestris  Stephens, 1835

Cafard, cancrelat, ou blattes, qu’importe le nom qu’on leur donne, elles n’ont pas bonne réputation. Pourtant dans la  forêt, c’est différent, elles sont parmi les principales actrices de la transformation en humus des feuilles mortes.

couple-de-blattes E. sylvestrs.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

SYSTÉMATIQUE :

Classification

Règne

Animalia

Embranchement

Arthropoda

Sous-embr.

Hexapoda

Classe

Insecta

Sous-classe

Pterygota

Infra-classe

Neoptera

Super-ordre

Orthopteroidea

Ordre

Blattaria

Sous-ordre

Blattina

Super-famille

Blattelloidea

Famille

Blattellidae

Sous-famille

Ectobiinae

           

DESCRIPTION :

Les blattes sont généralement des insectes assez grands. La plupart font la taille d'un ongle, mais certaines espèces sont plus grosses. Leur corps a une forme ovale, aplatie dorso-ventralement. La tête porte de longues et fines antennes formées par un grand nombre d'articles. Les pièces buccales sont de type broyeur. Le thorax est recouvert à l'avant par le pronotum. Les blattes peuvent ou non porter deux paires d'ailes, mais les espèces ailées se déplacent en général en courant sur le substrat. À l'extrémité postérieure de l’abdomen, on trouve deux appendices sensoriels : les cerques.

Pattes longues, grêles et épineuses. Antennes longues et filiformes, tête orthognathe.
Pronotum en forme de disque aplati.

Taille: Corps aplati mesurant 8 à 10 mm de long.

 Corps aplatis, avec deux paires d’ailes, les antérieures sont des élytres brièvement coriacés, mais nervurés comme des ailes membraneuses. Ceux des mâles recouvrent tout le corps,  ils volent bien. Les femelles ont les élytres raccourcis, ne recouvrant que partiellement l’abdomen.

Couleur : beige clair avec des aspects  brillant.

Comportement : Se déplacent avec rapidité. Insectes plutôt nocturnes. Ectobius sylvestris et Ectobius pallidus ne craignent pas la lumière, on la voit première très souvent sur la face supérieure des feuilles, mais elle vit surtout au niveau du sol, dans la litière, c’est à dire dans la couche de feuilles tombées des arbres et qui sont en cours de décomposition pour former l’humus. Ce sont des insectes à métamorphose incomplète :

Les larves à l’abri dans les oothèques hibernent dans le sol et se métamorphoseront au printemps.

Les juvéniles ressemblent aux adultes sans les ailes et deviennent adultes courant mai-juin.

Les adultes meurent entre septembre et octobre et le cycle continu…

AIRE DE RÉPARTITION : Localement partout

STATUT : non protégé

HABITAT : dans les bois, souvent en lisières, sur la litière en forêt, sur les fougères. Quelque fois dans les habitations

PÉRIODE D’OBSERVATION : mai à septembre.

BIOLOGIE :

Mode alimentaire: Les blattes se nourrissent de débris végétaux, et participent donc à la décomposition des feuilles, y compris le papier. Les Ectobius pallidus et Ectobius sylvestris (elles sont très proches  sont cependant omnivores comme tous leurs congénères.

Reproduction : Comme les mantes religieuses, les blattes pondent leurs œufs dans une oothèque, (qui est chez les blattes une sorte de capsule cornée que la femelle porte à l’extrémité de son abdomen). A l’éclosion les jeunes ressemblent aux adultes ils sont dépourvus sans ailes.

REMARQUES : Les blattes sont considérées comme indésirables lorsqu’elles envahissent les maisons, ce qui est valable pour six espèces seulement. La famille des Blaberidae en comptant une quinzaine d'espèces en France (plus de 2000 répertoriées à la surface du globe).
 C’est davantage pour des motifs sanitaires qu’on leur fait la chasse, car elles sont inoffensives et ne causent finalement que peu de dégâts. Pour ceux qui craignent une invasion à l'intérieur des maisons, ce sont des Ectobius qui vivent naturellement dans les jardins. A priori, pas d'invasion à craindre, sinon quelques incursions dans la maison les soirs d'été très chauds comme cette année (Juillet /Août 2013).